Le vrai du faux sur les compléments alimentaires

De nombreuses questions se posent sur les compléments alimentaires tant sur leur intérêt que sur la sécurité. Aujourd’hui, la consommation de complément alimentaires explose et en même temps la fabrication, la mise sur le marché et la consommation de compléments alimentaires sont encadrées et n’ont jamais été aussi sûres. Voici quelques réponses aux principales idées reçues sur les compléments alimentaires.

1 – Un complément alimentaire permet de compenser une alimentation déséquilibrée parce que je n’ai pas le temps de cuisiner

Les deux !

FAUX                                                                                                                            

Une alimentation équilibrée est primordiale pour avoir une bonne vitalité et un bon équilibre. La nature met à notre disposition la plupart des nutriments dont notre corps a besoin et il est nécessaire de consommer des fruits et légumes sous leur forme naturelle avant de se complémenter. 

Mais…

Dans certains cas où il est difficile d’avoir une alimentation et une hygiène de vie adaptées, les compléments alimentaires peuvent être d’un grand soutien

Par exemple :

  • La vitamine B12 dans le cas d’une alimentation vegan
  • la spiruline est utilisée pour lutter contre la malnutrition en Inde

2 – Tous les compléments alimentaires se valent

FAUX

La culture des matières premières (pesticides en cas de culture non biologique), la provenance, la méthode d’extraction (solvants utilisés, etc.), la forme galénique (gélule, ampoule, poudre, pastilles…), les additifs et les dosages font toute la différence.

Ces éléments vont déterminer la qualité du complément alimentaire, son assimilation par l’organisme et conditionner les bénéfices recherchés.

Les labels permettent de choisir un complément alimentaire de qualité et éthique, par exemple :

  • le label bio européen pour limiter la présence de pesticides
  • le label bio Naturland qui va plus loin que le label biologique européen avec un engagement social et éthique plus aboutit
  • le Friend of the Sea, pour les huiles marines, qui garantit la préservation des fonds marins

3 – Je peux consommer des compléments alimentaires sans danger car c’est « naturel »

FAUX

Même si les compléments alimentaires sont composés de plantes, vitamines, oligo-éléments… une consommation inadaptée n’est pas sans danger :

  • En cas de prise de médicaments ou de prise de plusieurs compléments alimentaires simultanément : attention aux interactions possibles (demander conseil)
  • Certains compléments alimentaires sont contre-indiqués avec certaines pathologies (demander conseil).
  • Respecter les dosages indiqués
  • Sauf cas particulier, un complément alimentaire ne doit pas être pris en continu, il faut faire des pauses de temps en temps
  • Il ne faut pas hésiter à demander conseils à un professionnel (naturopathe, pharmacien…)

4 – Les compléments alimentaires ça ne sert à rien…

FAUX

Les compléments alimentaires ont plusieurs intérêts, comme par exemple :

  • Combler des déficiences alimentaires sans se substituer à une alimentation équilibrée. C’est notamment vrai pendant certaines périodes de la vie : grossesse, personnes âgée, etc. ou encore face à certains modes alimentaires : Vegan notamment.
  • Soulager les inconforts du quotidien : troubles du sommeil, inconforts digestifs, gênes articulaires…
  • Maintenir une bonne santé générale et prévenir d’éventuels troubles. Par exemple, la diminution du risque de maladies cardiovasculaires comme le cholestérol.

Pour plus d’informations, retrouvez le guide « L’essentiel des compléments alimentaires » du Synadiet

5 – Les fabricants de compléments alimentaires disent tout et n’importe quoi sur leurs produits

FAUX

Les indications sur l’efficacité des compléments alimentaires sont encadrées (Règlement UE 1924/2006) : pas d’allégations thérapeutiques et pas d’allégations trompeuses. Ce qui empêche les fabricants de dire tout et n’importe quoi sur les compléments alimentaires, leur efficacité et bénéfices.

6 – Les compléments alimentaires ne sont pas sûrs et ne sont pas contrôlés 

FAUX

La fabrication et la commercialisation des compléments alimentaires sont strictement encadrées pour garantir la traçabilité, l’hygiène et la sécurité.

Pour être commercialisé en France, un complément alimentaire doit préalablement avoir été déclaré auprès de la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes), sans ça, il ne pourra pas être proposé sur le marché.

L’article 18 du règlement CE n°178/2002 exige de la part des fabricants de compléments alimentaires d’identifier leurs fournisseurs d’ingrédients, d’articles de conditionnement ainsi que toutes les substances qui peuvent être incorporées dans leurs produits. Cette traçabilité permet d’identifier tous les intervenants et d’assurer la qualité et la sécurité des produits.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :